Un logo, ça se travaille

Nous ne le répèterons jamais assez, pour avoir une vraie réflexion responsable, il faut mettre au même niveau le matériel et le virtuel. Et cela vaut aussi lors de la conception d’un logo ou tout autre élément graphique. Cela porte d’ailleurs un nom, il s’agit de l’eco-branding.  

Le but : réduire au maximum l’impact écologique des productions visuelles. Cela implique des logos épurés aux traits plus fins, afin d’économiser au maximum l’encre en cas d’impression. Cela est encore mieux maitrisé lorsque l’on diminue la densité d’impression. Sans forcément perdre en lisibilité : réduire la consistance permet de grandes économies.  

Ce design plus simple, plus léger, montrera aussi ses effets dans le monde digital : son chargement et son affichage nécessiteront moins de bande passante, et donc une dépense d’énergie moindre. Sa taille de stockage étant réduite, il encombrera moins les serveurs. L’éco-conception en graphisme exige de songer à des visuels allégés et cela doit être pensé dès le début de la réflexion. La planète sera ainsi grandement épargnée, presque autant que les finances liées au cout d’exécution.  

Mais au-delà de l’aspect technique, le plus important n’est-il pas d’élaborer un logo qui permet de se distinguer, tout en représentant subtilement sa marque ? Et les concessions citées ci-dessus ne doivent pas être un frein à la créativité et l’originalité. Au contraire, cela doit être une force.  

C’est donc une manière de faire autrement, mais aussi de montrer la voie en affichant des choix ayant un réel impact positif sur la nature. Et noublions pas que le logo, c’est les fondations graphiques d’une marque, le symbole qui sera décliné pour se différencier, sa signature, l’incarnation de l’entreprise. C’est le travail d’une agence spécialisée comme SEXTANT de vous guider, pour mettre en œuvre le logo parfait, en osmose avec votre firme, et capable de respecter au mieux l’environnement.   

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter